Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2013

UNE NUIT A L'OPERA

 

PROLOGUE

Le Conseil  d’Administration de l'Orchestre National de Montpellier a été repoussé plusieurs fois depuis 6 mois.

A l’ordre du jour figurent notamment le départ de Jean-Paul Scarpitta - directeur contesté  par le personnel depuis plusieurs mois  -  et le passage  de la structure associative gérant l’Opéra en Etablissement Public à Caractère Culturel (EPCC).

ACTE 1

Ce conseil d’Administration se tient enfin vendredi 30 mars.

Sont  présents à ce Conseil d’Administration, entres autres, les élus délégués des 3 collectivités locales qui financent, directement ou indirectement, l’Orchestre National à savoir la Ville de Montpellier, l’Agglomération de Montpellier et la Région qui finançait jusqu’à aujourd’hui l’opéra à hauteur de 9,5 millions d’euros.

En cours de séance ( !!!) il est  rédigé une délibération, qui mêlait les trois décisions à savoir le départ de Jean-Paul Scarpitta, le passage en EPCC et la baisse de la contribution de la Région qui voulait maintenir Scarpitta à la tête de l’Orchestre National.

Le financement de la Région est abaissé à 4 Millions d’euros.

Jean Pierre Moure Président de l’Agglomération de Montpellier annonce  que la collectivité qu’il préside prendra donc en charge les 5, 5 millions d’euros manquants.

ACTE 2

Cette délibération rédigée « sur un coin de table »  est votée mais les trois élus de la Ville s’abstiennent.

EPILOGUE

Un de ces élus montpelliérains, Philippe Saurel - adjoint délégué à la culture de la Ville de Montpellier  - décide de pousser un vrai coup de gueule  sur ce qui s’est passé lors de ce Conseil d’Administration.

Car il  faut que les Montpelliérains sachent que rien n’est réglé.

Le départ du directeur Jean-Paul Scarpitta est acté mais pour le deuxième semestre 2014. Quelles vont être les répercussions de cette décision sur le personnel de l’Orchestre National qui réclame le départ de leur directeur depuis plusieurs mois et qui le font savoir quasiment à chaque spectacle, et n’hésitent pas faire grève voire à annuler des spectacles sur lesquels ils ont travaillé durant de nombreux mois ? Personne n’a oublié au printemps dernier  l’annulation de la dernière des « Noces de Figaro », quelques heures avant le début du spectacle.

Pourquoi avoir mêlé les trois décisions dans la même délibération ?

Comment vont être financés par l’Agglomération de Montpellier les  5,5 millions d’euros manquants alors que le budget est déjà voté ?

Quelle sera la réaction du Ministère de la Culture ? Que se passera-t-il si – au vu de cette gestion calamiteuse - l’Orchestre National de Montpellier  perd son label d’Orchestre National ?

****

Encore une fois, seul Philippe Saurel a le courage d’ameuter les montpelliérains sur la gestion calamiteuse de l’Agglomération de Montpellier par son Président.

 

 

 

orchestre.jpg L'article paru dans  MIDI LIBRE (Edition Montpellier) ce jour 

http://www.midilibre.fr/2013/03/31/couacs-a-l-orchestre-l...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.