Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/03/2015

Michèle DRAY-FITOUSSI, une élue tout terrain ... par Charles Dos Santos

Michèle Dray-Fitoussi, une élue tout terrain.

"En avant toutes". Lorsqu'une rencontre est prévue avec Michèle Dray-Fitoussi, rien n'est prévisible. Les thèmes à aborder, elle les connait. Les adversaires, elle n'en parle pas. Les Montpelliérains, elle les écoute en continu… "Toujours en campagne". Elle n'arrête pas d' "arpenter" son canton. En campagne, ou pas d'ailleurs…

"Ce n'est pas une campagne, ça. Moi, le terrain, j'y suis tous les jours. Là, je continue, c'est tout". Continuer, Avancer, Poursuivre. Pas de place au doute. En deux heures d'entretien, l'élue sortante répète un nombre incalculable de fois des expressions comme "j'avance" et le mot "montpelliérain". "Je ferais tout pour eux", assure celle qui est arrivée  en France dans sa plus tendre enfance et qui a été naturalisé à l'âge de 10 ans.

Le passé.

Rien. Michèle Dray Fitoussi n'oublie aucun moment de son passé. "Je suis né à Tunis ; là bas, voter et bénéficier d'élections libres, ils découvrent à peine ce que c'est. Alors, je sais ce que c'est que d'avoir la chance d'aller voter, donc j'incite les gens à aller voter (les 22 et 29 mars prochain, ndlr), estime la conseillère sortante avant de compléter malicieusement "Et voter, pour moi, tant qu'à faire". Proche parmi les plus proches de celui qui allait devenir en mars 2014 maire de la ville, elle n'oublie rien non plus du déroulement épique de cette campagne ou "il a su réunir autour de lui des gens de tous horizons". Elle n'est pas peu fière de cette campagne-là et en "fait une force" sur le terrain. On y revient toujours. Il a démissionné du Conseil Général "pour se consacrer à la ville". Il aurait pu continuer son mandat à l'institution, mais il "m'a fait confiance et a souhaité me faire monter". Son arrivée au futur conseil départemental aussi l'a marqué. "A l'époque, nous n'étions que trois ou quatre femmes. Tous les autres élus étaient des hommes. La parité est désormais imposé par la loi, mais elle constitue une vraie révolution pour le conseil général de l'Hérault", s'amuse Michèle Dray-Fitoussi.archive.

Le présent.

Elue municipale depuis onze mois, elle arpente toujours le terrain et donne presque l'impression de toujours le découvrir un peu et d'y prendre toujours autant de plaisir. Des adversaires dans cette campagne ? Reconnaissant avoir récemment "aperçu" le binôme (Avallone-Bouix, ndlr) lors du marché paysan d'Antigone, elle n'a que deux adversaires importants : le FN et l'abstention. Peu prolixe mais intransigeante sur le premier, elle se montre davantage bavarde vis-à-vis du second.  "Les conditions pour accéder au second tour sont difficiles. Donc, sur cette élection, l'abstention est un enjeu majeur", assure la candidate soutenue par la majorité municipale.

Mais alors, en connaissant si bien le terrain par son omniprésence sur ce troisième canton qu'elle assure "adorer", l'intérêt d'être "soutenue par la majorité municipale" pourrait devenir presque superflu. "Si je n'étais pas élue moi-même ni candidate, j'irai tracter pour les copains. On est une équipe. Abdi (El Kandoussi, ndlr)sur la paillade, ma copine Patricia (Mirallès) avec Philippe (Sorez, ndlr) sur le quatrième canton, Samira (Salomon, ndlr) ou Maud (Bodkin,ndlr) et Jérémie (Malek,ndlr) sur le canton du centre avec Figuerolles notamment. J'irai. Comme d'autres élus qui ne sont candidat à rien viennent ici sur le troisième canton" tempête l'ex suppléante de Philippe Saurel au conseil général.  Fermer le ban.

Le futur.

Le futur, c'est le terrain. Encore ? "La vie d'un élu de quartier est assez simple. C'est trois temps être sur le terrain, être toujours présent aux assemblées, bosser ses dossiers", décrypte la conseillère générale sortante. Justement, dès la fin de l'entretien, Michèle Dray-Fitoussi s'éloigne d'un pas soutenu. Pour aller où ? "Je rejoins mon binôme pour aller tracter sur un autre quartier, j'me dépêche là. Il m'attend !". Sur le terrain, toujours.

 

 

Accès direct à l'article et au site : http://charlesdossantos.blog.lemonde.fr/2015/03/03/3772/