Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/02/2016

La Marseillaise , Édition Montpellier, 16 février 2016

image.jpeg

Midi Libre, édition Montlpellier, 18 février 2016

L'Hérault peut compter. sur 1,392 milliard d'euros

Département

L'assemblée départementale a voté, ce mercredi, son budget 2016. Malgré l'opposition des huit Montpelliérains.

Voilà qui n'est pas de nature à faciliter les échanges entre Montpellier, sa Métropole et l'institution départementale. Après trois journées de présentation et de débats, marquées par un mercredi matin, où la tension était montée dans l'hémicycle, les huit élus du groupe Hérault citoyens, issus de la mouvance de Philippe Saurel, ont, hier après-midi, voté contre le budget du Département.


Ce choix n'a pas fait obstacle, alors que les élus de la droite et de l'extrême droite biterroise se sont abstenus, à l'approbation de l'enveloppe d'1,392 milliard d'euros constituant les moyens de la collectivité pour 2016. Il n'a pas davantage surpris non plus, à l'aune des récriminations émises plus tôt.
Trop de pierres d'achoppement

Ce mercredi, l'assemblée avait, en effet, à dérouler les propositions pour l'éducation, la culture, le sport. Et quelques aspects financiers. Aucun de ces sujets ne trouva grâce aux yeux des élus montpelliérains d'Hérault citoyens. Ce que résumait Michèle Dray-Fitoussi à l'heure du vote final, s'adressant à Kléber Mesquida, le président : « Vous soumettez une augmentation du taux de l'impôt foncier à laquelle notre groupe est fermement opposé. Vous retirez le hors programme associatif (somme dont tout élu disposait à sa guise, NDLR), déniant aux élus de l'assemblée leur implantation sur leur territoire. Vous baissez de 10 % le budget de l'action culturelle », listait-elle avant de qualifier de « simulacre de démocratie », le fonctionnement de l'assemblée.
Avant elle, Brice Bonnefoux s'était montré plus pondéré. Même en critiquant ce « budget bien trop tiède dans les économies », estimait le conseiller du groupe Union de la droite et du centre, même en jugeant inacceptable une hausse des taux. Et, au nom de Défendre l'Hérault, Nicole Zénon avait plutôt émis des réserves que de sévères critiques.
Impact faible de la hausse de taux

En réponse, Kléber Mesquida n'a pas varié, cherché querelle ni renchéri sur la synthèse de Marie-Christine Bousquet, vice-présidente en charge des finances. Budget « tendu, ambitieux, raisonnable », en recul de 10 % sur les dépenses, en hausse d'autant sur l'investissement. « Se recentrer sur nos cœurs de métier, c'est ce que nous essayons de faire », défendit-il, avant d'expliquer la hausse de la part départementale du taux de l'impôt foncier par la compensation partielle « des hausses annuelles sur lesquelles nous n'avons pas de prise ». En 2016, + 3,4 % pour le RSA, + 2,8 % pour les personnes âgées, + 3,7 % pour le handicap. « Il faut relativiser. L'impact est de 4 € pour une maison familiale à Claret, 5 € pour un T5 à Montpellier et une villa à Frontignan. »

 


OLLIVIER LE NY

oleny@midilibre.coms

image.jpeg

17/02/2016

COMMUNIQUE DE PRESSE DU GROUPE HERAULT CITOYENS, 17 février 2016

 

Le groupe HERAULT CITOYENS a voté, ce jour, contre le budget primitif proposé par Kleber MESQUIDA et le groupe socialiste et apparentés, au Conseil Départemental de l’Hérault.

 

Tout d’abord, et principalement, car ce budget annonce une augmentation du taux d’imposition à laquelle nous sommes fermement opposés.

 

Par ailleurs, les dotations allouées auparavant aux Conseillers Généraux sur leurs cantons d’élection, ont été supprimées, tant au niveau voierie et patrimoine qu’associatif.

 

La démocratie selon Kleber MESQUIDA, c’est un seul homme - lui-même - qui alloue à l’ensemble des associations et des communes de notre Département, les dotations qui étaient auparavant arbitrées par les Conseillers Départementaux et validées par la suite en Assemblée.

 

Jamais André Vézinhet ne se serait permis de remettre en cause de cette manière la légitimité de l’élection de chaque conseiller général.

En votant contre le budget, nous avons refusé de cautionner :

1/ La baisse de 12% sur la modernisation et la sécurisation des routes

2/ La baisse de 10% des subventions aux associations culturelles

3/ La baisse du budget de fonctionnement de la Maison Départementale des Personnes Handicapées

 

Diminution des dépenses, augmentation des impôts : où va l’argent public ?

 

Michèle DRAY FITOUSSI

Présidente de groupe